INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

Production et musique

Expression par le sonApprécier le Kabuki à l’écoute

Le Kabuki tire son origine de la chanson et de la danse et trouve une expression riche à travers la musique et le son. Les chants et les parties instrumentales sont exécutés sur scène, ce qui vous permet d’apprécier pleinement le spectacle de Kabuki.

Tout d’abord, il y a un petit espace dissimulé par un rideau sur le côté shimote (la scène de droite, gauche du public) de la scène appelée le kuromisu (rideau de bambou noir). Ici, des effets sonores et de la musique sont produits pour correspondre aux développements sur scène, décrivant chaque scène.

Il s'agit notamment de la musique vocale appelée nagauta, créée par le chant et le shamisen (un type d'instrument à cordes), ainsi que d'ensembles instrumentaux ou narimono, créés par de nombreux types d'instruments, en particulier la percussion et la flûte. Il arrive parfois que les musiciens jouent alignés sur une plate-forme devant la scène pour accompagner les danses.

D'autre part, il existe également des programmes qui utilisent la musique connue sous le nom de joruri, qui raconte plus de détails de l'histoire accompagné de shamisen.

Lorsque les œuvres Ningyo-joruri sont adaptées en Kabukijoruri, la musique gidayu-bushi qu’elles incorporent est jouée sous le nom de takemoto, pour faciliter l’avancement de plusieurs œuvres. Le joruri tel que le tokiwazu-bushi, qui utilise des mélodies généreuses, et le kiyomoto-bushi, avec ses airs émotionnels, sont particulièrement indispensables pour accompagner les danses.

Vous pouvez également entendre les sons produits avec des bâtons carrés de bois dur appelés ki, qui vous permettent de savoir quand le rideau s'ouvre et se ferme et lorsqu'il y a un changement de scène, ainsi que tsuke, effets sonores qui permettent d’amplifier le jeu de l'acteur et s’apparentent à des bruits de pas.

Ki