INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

Personnages et acteurs

Personnification par les Acteurs

Dans le monde du Kabuki, les compétences artistiques sont transmises de parent à enfant ou de maître à disciple, et les familles cultivent individuellement leurs propres compétences artistiques. De la même manière, des acteurs remarquables transmettent les jeux d’acteurs et les rôles dans lesquels ils excellent de génération en génération. Le public apprécie davantage les charmes incarnés par des familles et des acteurs particuliers que le contenu des récits. Les dramaturges s’efforcent également de créer des pièces maximisant les qualités distinctives de certains acteurs.

Noms de scène, noms de famille de scène et emblèmes

“Naritaya Shire Shingata”
National Theatre collection (NA091340)

“Otowaya Shire Shingata”
National Theatre collection (NA091350)

La majorité des noms de scène des acteurs sont transmis de génération en génération. Ces noms d’artistes sont connus sous le nom de myoseki (noms de scène) et les techniques d'exécution, les rôles majeurs sont perpétués avec ces noms.

Le processus d’acquisition d’un nom de scène est connu sous le nom de shumei (celui qui prend un nom professionnel), et les présentations officielles des étapes impliquées sont des paliers importants du système de performance du Kabuki. Dans le cas de noms de scène particulièrement renommés, plusieurs noms différents sont utilisés successivement avant que le nom professionnel ne soit entièrement acquis. Par exemple, dans un processus courant, le nom professionnel d’Ichikawa Danjuro a été transmis tout d’abord comme Ichikawa Shinnosuke puis Ichikawa Ebizo.

Au sein des familles d'acteurs, des yago (noms de famille de scène) tels que « Naritaya » pour la famille d’Ichikawa Danjuro ou « Otowaya » pour la famille d’Onoe Kikugoro ont également été transmis d’une génération à l’autre. Ceci car les acteurs de la période Edo n’étaient pas autorisés à utiliser leurs propres noms de famille mais devaient adopter les noms de famille de scène. Lors d’une représentation de Kabuki, la grande majorité du public enthousiaste apostrophe les acteurs par ce nom de famille.

Parallèlement, tout comme les familles normales au Japon, les clans d'acteurs portent également les blasons de la famille, qui sont largement intégrés aux costumes pour symboliser les lignes familiales. De plus, les motifs préférés des acteurs individuels sont également régulièrement transmis séparément des emblèmes familiaux et sont appelés « motifs d'acteur » ou « blasons d'acteur ». Pendant la période Edo, les acteurs finançaient eux-mêmes la plupart des costumes, et ces costumes, accessoires et autres décors arboraient les emblèmes des familles ou des acteurs pour générer une plus grande reconnaissance du public pour les familles et les acteurs individuels sur scène. Cela a également conduit à la représentation des couleurs et des motifs préférés des acteurs populaires sur des serviettes tenugui, des kimonos de coton informels yukata et sur d’autres articles à la mode parmi les amateurs de Kabuki.

“Kokon Haiyu Nigaodaizen”
National Theatre collection (0010437, 0010438, 0010439)

“Nakamuraza Kotobuki Hiro no Zu”
National Theatre collection (NA030900)

“Naritaya Shire Shingata”
National Theatre collection (NA091340)

“Otowaya Shire Shingata”
National Theatre collection (NA091350)

“Kokon Haiyu Nigaodaizen”
National Theatre collection (0010437, 0010438, 0010439)

“Nakamuraza Kotobuki Hiro no Zu”
National Theatre collection (NA030900)

Arts de la famille

“Kanjincho”
National Theatre collection (NA031600)

Les techniques d’acteur spécialisées et les styles transmis de génération en génération pour des pièces et des rôles particuliers sont appelés ie-no-gei (arts de la famille). Les principaux exemples sont les rôles aragoto (style exagéré) de la famille Ichikawa Danjuro, le sewa-mono (pièces contemporaines et domestiques) et les pièces de théâtre représentant des fantômes de la famille Onoe Kikugoro, entre autres. Les « Kabuki-juhachiban » (dix-huit pièces de Kabuki) ou « Shin Kabuki-juhachiban » (dix-huit nouvelles pièces de Kabuki) de la famille Ichikawa Danjuro, les « Shinko engeki jisshu » (dix pièces anciennes et nouvelles) de la famille Onoe Kikugoro et d’autres séries de performances, ont été sélectionnées par les acteurs pour constituer leur propre répertoire de pièces de théâtre sur les arts de la famille.

“Kanjincho”
National Theatre collection (NA031600)

Genres théâtraux

Au théâtre, même quand on joue le même rôle dans la même pièce, il est parfaitement logique qu'un acteur utilise ses propres schémas, son style de jeu d'acteur et d'autres touches. En Kabuki, cependant, plusieurs styles spécifiés sont appliqués à ces méthodes d'acteur et sont connus collectivement sous le nom de kata (style). Parmi les différents kata transmis par le biais de liens familiaux ou de relations maître-disciple, les acteurs qui jouent les rôles principaux déterminent en grande partie les styles utilisés dans les performances. Même pour les mêmes scènes dans les mêmes pièces, des variations majeures dans les effets de mise en scène reflètent ce kata.

Personnage principalGonta

Ils apparaissent notamment dans les pièces | La scène « Sushiya» de « Yoshitsune Senbon Zakura » (Yoshitsune et les mille cerisiers) : Personnage principal : Gonta

Forme théâtrale de Kamigata (Kyoto et Osaka)

“Yoshitsune Sembonzakura” ‘Shimoichimura Tsurubesushiya’ scene
National Theatre (Y_E0100014000092)

« Yoshitsune Senbon Zakura » est une pièce de Kabuki dérivée d'un ningyo-joruri (théâtre de marionnettes) très populaire dans la région de Kamigata (aujourd’hui Osaka et Kyoto). Fidèle au cadre régional de l’œuvre originale, dans une région montagneuse de Yamato-no-kuni (actuellement préfecture de Nara), Gonta est dépeint comme un voyou. Ses mouvements, costumes et autres aspects sont présentés graphiquement dans un style rustique. Il parle également dans le dialecte régional de Kamigata.

“Yoshitsune Sembonzakura” ‘Shimoichimura Tsurubesushiya’ scene
National Theatre (Y_E0100014000092)

Formes théâtrales de l’Edo

“Yoshitsune Sembonzakura” ‘Shimoichimura Tsurubesushiya’ scene
National Theatre (Y_E0100226056022)

L'approche classique consiste à décrire Gonta comme une personne née et ayant grandi à Edo (aujourd’hui Tokyo) et dans le kata « Otowaya » de la famille Onoe Kikugoro. Il parle dans le dialecte d’Edo, avec ses mouvements, son costume et d’autres éléments rehaussés d'une saveur urbaine distinctive. Bien que cette interprétation ne reflète pas le cadre original de l’histoire, ce type de kata a été adopté dans le but de dépeindre un personnage plus facile à identifier par le public Edo.

“Yoshitsune Sembonzakura” ‘Shimoichimura Tsurubesushiya’ scene
National Theatre (Y_E0100226056022)