INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

Pièces

Dramaturges éminents

Chikamatsu Monzaemon (1653-1724)

“Naniwa Miyage”
National Theatre collection

Chikamatsu Monzaemon était un dramaturge populaire à la fois du ningyo-joruri (théâtre de marionnettes japonais) et du Kabuki. Il a prospéré pendant la période Genroku dans la région de Kamigata (Kyoto et Osaka). C'est à cette époque et à cet endroit que la nouvelle culture et l'art citadin ont commencé à attirer l'attention. Chikamatsu n'a pas joué en tant qu'acteur, devenant le premier auteur dramatique à temps plein.
Pour le Kabuki, Chikamatsu a écrit des œuvres telles que « Keisei Hotoke no Hara » (Courtisane et querelle de famille dans la province d'Echizen) pour l'acteur Sakata Tojuro I. Chikamatsu soutenait la technique de représentation Kamigata Kabuki connue sous le nom de yatsushi, représentant des personnages de haut rang réduits à la pauvreté pour une raison quelconque.
Dans le ningyo-joruri, il était populaire pour le « Sonezaki shinju » (Suicides d'amour à Sonezaki) et d'autres histoires illustrant une profonde affection entre les citadins de cette époque. « Kokusenya Kassen » (Les batailles de Coxinga) était une autre œuvre populaire de Chikamatsu, une histoire héroïque qui se déroule en Chine et au Japon et qui a également été adaptée à une pièce de théâtre Kabuki. En fait, la majorité des créations de Chikamatsu ont finalement été retravaillées en tant que pièces importantes du Kabuki.
Il était donc un pionnier dans la création de pièces de théâtre du ningyo-joruri réécrites pour le Kabuki.

“Naniwa Miyage”
National Theatre collection

Click here for Commentary on the Play

Tsuruya Namboku IV (1755-1829)

“Ichimuraza Sangai no Zu”
National Theatre collection (NA0072126000)

Namboku était un dramaturge célèbre de l’ère Edo pendant les périodes Bunka et Bunsei (début de la première moitié du XIXème siècle). Le contrôle du shogunat Tokugawa à l'époque s'était affaibli et une société davantage axée sur le plaisir émergeait. Namboku était populaire pour son utilisation habile des techniques dramatiques de sekai et de shuko, ainsi que pour ses idées inhabituelles et ses pièces inventives.
Namboku fut connu dès ses débuts pour son utilisation de mises en scène audacieuses et humoristiques. « Tenjiku Tokubei Ikokubanashi » (Le conte étrange de Tenjiku Tokubei) a été un succès retentissant principalement pour son utilisation de changements de costumes instantanés dans un vrai bassin rempli d’eau, de monstres comme ceux que l'on voit dans les cirques et d’autres effets spéciaux.
Il a continué à écrire des kaidan-mono (histoires de fantômes) en utilisant des keren aussi sensationnels (jeux d’acteurs dramatiques mettant l'accent sur l'attrait visuel).
Namboku a également été le pionnier du style connu sous le nom de kizewa-mono, des histoires d’individus de rang inférieur de la populace. « Tokaido Yotsuya Kaidan » est un exemple particulièrement intéressant de ce style.
Ses compétences se sont étendues à la méthode naimaze consistant à combiner différents sekai.
Cette approche a particulièrement bien réussi dans des pièces telles que « Sakurahime Azuma Bunsho » (La princesse écarlate et son histoire à l'est) et « Ukiyo-zuka Hiyoku no Inazuma » (Les ennuis du clan Sasaki et le choc de l’amour et de la fierté dans les quartiers de plaisir : Fuwa Banzaemon vs Nagoya Sanza et Shirai Gonpachi).

“Ichimuraza Sangai no Zu”
National Theatre collection (NA0072126000)

Click here for Commentary on the Play

Kawatake Mokuami (1816-1893)

“Haiyu Gakuya no Sugatami”
National Theatre collection (NA071280)

Mokuami était un auteur de théâtre à succès d’Edo (Tokyo), de la période Edo à la période Meiji (du milieu à la fin du XIXème siècle), une période de profonde évolution sociale. Pendant plus de cinq décennies, il a écrit une collection variée de techniques de Kabuki, décrivant l’évolution du Japon vers la mode occidentale, des sujets classiques correspondant aux tendances de son époque et à la demande des acteurs.
Les personnages des pièces de Mokuami récitent leurs lignes en douceur, la musique qui les accompagne étant riche en émotion et les scènes étant aussi élaborées que des images. Alors que la vie des roturiers était décrite de façon réaliste, l’ensemble était élégant et stylé. Ses pièces comprenant des voleurs comme personnages principaux (connues sous le nom de shiranami-mono), telles que « Sannin Kichisa Kuruwa no Hatsugai » (Les voleurs nommés Kichisa) et « Aoto Zoshi Hana no Nishikie » (Les cinq voleurs), sont devenues populaires.
Dans presque tous les cas, cependant, ses personnages étaient à l’origine des gens ordinaires devenant des voyous et des hors-la-loi et regrettant leur comportement. Pendant la période Meiji, un mouvement a élevé le Kabuki à un niveau artistique moderne. Cela a conduit à l'écriture de drames historiques fidèles aux faits historiques et à des drames dansés basés sur des thèmes du théâtre Noh. Cependant, le public aspirait paradoxalement toujours à l’atmosphère perdue de la période Edo. Par exemple, aux scènes et aux aliments faisant référence aux saisons, et aux coiffures empilées appelées mage. Mokuami a continué d’écrire des histoires comme « Tsuyu Kosode Mukashi Hachijo » (Shinza, le barbier) et « Kumoni Magou Ueno no Hatsuhana » (Kochiyama et Naozamurai) sur la vie des gens du peuple de l’époque Edo.

“Haiyu Gakuya no Sugatami”
National Theatre collection (NA071280)

Click here for Commentary on the Play