INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

PiècesPièces maîtresses

Koibikyaku Yamato Orai(Koi no tayori yamato orai)(Le coursier de l’enfer)

Sewa-mono

Résumé

Cette pièce est un sewa-mono (pièce contemporaine et domestique) basée sur un gidayu-kyogen issue du Ningyo-joruri (théâtre de marionnettes).
Elle raconte l'histoire du suicide amoureux de Chubei, le jeune maître d'une famille qui dirige un service de livraison à Osaka, et de la courtisane Umegawa.
Deux scènes de la pièce qui sont généralement jouées de nos jours sont communément appelées « Fuinkiri » et « Ninokuchimura ». Dans la première scène, Chubei, un client régulier d’Umegawa, prend l’argent confié à l’entreprise de livraison de sa famille après avoir été provoqué par son ami Hachiemon. Il finit par utiliser cet argent pour libérer Umegawa de son contrat de service dans un salon de thé. Dans la scène « Ninokuchimura », Chubei, maintenant un criminel recherché pour avoir volé l'argent, rend visite une dernière fois à son père à la maison familiale de Yamato (aujourd'hui Nara) avec Umegawa.
Le moment important de la scène « Fuinkiri » est lorsque Chubei brise le sceau du colis de pièces d'or. Hachiemon déclare que les pièces sont fausses devant un groupe important de personnes à la maison de thé. Ivre de colère, Chubei brise accidentellement le sceau du colis. Les musiciens takemoto jouent ensuite une shamisen à un rythme rapide pour exprimer énergiquement le profond regret de Chubei.

Moment important

Cette pièce a été principalement interprétée à Kyoto et dans la région d’Osaka. Le rôle de Chubei est un wagoto typique, un style de Kabuki plus doux et plus réaliste développé dans les régions de Kyoto et d'Osaka. Bien que Chubei soit un beau jeune homme, le rôle est également joué avec beaucoup d'humour. Dans une scène typique, Chubei apparaît sur la hanamichi (passerelle) et déclare comiquement, « Kajiwara Genda me ressemble ! » Il fait référence à Kajiwara Genda, un commandant militaire de la période Kamakura (du XIIème au XIVème siècles) fameux pour son visage harmonieux.