INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

PiècesPièces maîtresses

Kyoganoko Musume Dojoji (La fille au temple Dojoji)

Nom courant: Musume dojoji

Résumé

La danse « Kyoganoko Musume Dojoji » est un chef-d'œuvre de la tradition du Kabuki appelé onnagata (rôles féminins) buyo. Ici, une seule onnagata danse en solo pendant près d'une heure. Le titre est normalement abrégé en « Musume Dojoji » ou simplement « Dojoji ».
L'histoire commence avec l'arrivée d'une danseuse shirabyoshi (une femme portant un costume masculin) s’appelant Hanako. Elle visite le temple pour danser lors des cérémonies d’inauguration d'une nouvelle cloche. Lors de sa performance artistique, elle saute soudainement dans la cloche et réapparaît sous la forme d'un serpent. Parce que la danse exprime diverses illustrations de femmes désespérément amoureuses, la chorégraphie est divisée en plusieurs parties.
Le théâtre Kabuki contient de nombreux Dojoji-mono (pièces de temple Dojoji), dérivé à l'origine du drame Noh « Dojoji ». Toutes les pièces mettent en scène des femmes qui sautent dans une cloche lors de leurs prestations à l’occasion d’inaugurations de cloches. La pièce Dojoji-mono date de la période Genroku (1688-1704), « Kyoganoko Musume Dojoji » étant considérée comme la collection suprême des nombreuses versions. Elle a été créée pour la première fois par l'acteur de Kabuki Nakamura Tomijuro I en 1753.

Moment important 1

March 1990
National Theatre, Large Theatre
“Kyoganoko Musume Dojoji”
Hanako: Nakamura Shikan VII

Le Kudoki est une scène dans laquelle une femme révèle son pathos et sa douleur dans la musique de Takemoto et Nagauta. Dans la danse Kabuki, la tradition est l’un des moments forts des spectacles musicaux. Les chorégraphies Kudoki sont particulièrement célèbres pour leurs mouvements souples et gracieux. Dans cette pièce, la séquence de kudoki commence par les paroles « Je commence enfin à apprendre l'amour de la même façon que j'ai appris à écrire » (Koi no tenarai tsui minaraite...).
Le clip vidéo représente une scène de danse illustrant le cœur féminin avant de rencontrer un amant. Une serviette tenugui sert de miroir à Hanako lorsqu’elle applique du rouge sur ses lèvres, accompagnant les mots « Pour qui suis-je en train de me colorer les lèvres et les dents ? »

Moment important 2

March 1990
National Theatre, Large Theatre
“Kyoganoko Musume Dojoji”
Hanako: Nakamura Shikan VII

Hanako change de costume plusieurs fois au cours de cette pièce. Ces changements comprennent la méthode rapide connue sous le nom de hikinuki. Pour cela, deux couches de costumes superposés sont liées avec des ficelles. Les Koken (assistants de scène) tirent sur les ficelles juste avant le changement, retirant la couche supérieure en suivant les mouvements de l'acteur. Le Hikinuki et d’autres changements de costume instantanés permettent de détourner l’attention du public.