INVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonaisINVITATION AU KABUKI Guide du Kabuki, art du théâtre traditionnel japonais

Pièces

Dramaturgie du Kabuki

Pendant la période Edo, plusieurs théâtres différents produisaient des pièces de Kabuki et rivalisaient pour la première place. Les dramaturges et les acteurs appartenaient à ces théâtres, appelés za, et travaillaient ensemble pour enchainer des répertoires.

Dramaturges du Kabuki

Le public Kabuki de la période Edo (du XVIIème au XIXème siècle) appréciait grandement les performances et l’attrait des acteurs. Puisque ces acteurs signaient annuellement des contrats avec les théâtres, les dramaturges appelés kyogen-sakusha, travaillant pour ces théâtres individuels, écrivaient des histoires dont les rôles étaient conçus pour mettre en valeur les compétences et les caractéristiques de chaque acteur. Les auteurs dramatiques participaient également à la direction et soutenaient les représentations d’autres manières.
À l'époque du Kabuki, les acteurs travaillaient également en tant que dramaturges. Il arrivait parfois qu’un seul auteur dramatique écrive intégralement une pièce de théâtre.
Les pièces étant de plus en plus longues et complexes, un système partageant la production a été adopté. Selon ce concept, les tatesakusha (auteurs principaux) développaient les idées principales et d’autres auteurs se chargeraient de l’écriture.
À la fin de la période Edo, la société japonaise est devenue de plus en plus occidentalisée et moderne. À partir du début du XXème siècle, le nombre de pièces crées par des auteurs dramatiques sans aucun lien direct avec cet art du spectacle augmente progressivement.

Élaboration du concept

Au cours de la période Edo, les auteurs Kabuki se sont employés à encourager le public à apprécier leurs pièces plus longues et plus complexes. La méthode consistant à fonder les contes sur les arts du spectacle, la littérature, les traditions orales et les intrigues que les gens connaissaient déjà s’est généralisée. La base de cette structure était connue sous le nom de sekai (monde). De nombreuses histoires avaient des thèmes reconnaissables, y compris des pièces historiques telles que « Heike Monogatari » (Le Dit des Heike) , « Soga Monogatari » et « Taiheiki », des histoires d'amour telles que « Osome / Hisamatsu » et « Seigen / Sakurahime » et de nombreux autres sujets.
Shuko fait référence aux intrigues, basées sur la structure du sekai, adaptées selon diverses approches et autres touches ingénieuses. Déterminant d’abord leur sekai, les auteurs dramatiques y incorporaient ensuite les cambriolages, les meurtres, la malhonnêteté, le double suicide et d’autres circonstances connues du public de l’époque. Ils ont également créé des histoires en intégrant dans leur sekai le développement d’intrigues telles que l'impression erronée, la substitution, l'identité erronée ou des scènes stéréotypées telles que la séparation et autres.

Développement du drame

“Kanadehon Chushingura”
National Theatre collection (NA070930)

“Tokaido Yotsuya Kaidan”
National Theatre collection (NA100380)

Cette approche de la production de pièces de théâtre a été renforcée par l'interdiction d'utiliser des évènements se produisant à l'époque moderne dans les arts de la scène et la littérature.
Au sein de cette tendance, les sekai des nouvelles pièces de Kabuki produites étaient parfois basés sur des œuvres populaires. Par exemple, « Kanadehon Chushingura » (Le trésor des 47 rōnin) a été créé pour la première fois pour le ningyo-joruri (théâtre de marionnettes japonais) au milieu du XVIIIème siècle, puis a été joué à plusieurs reprises dans le Kabuki. Le dramaturge Tsuruya Namboku IV a écrit « Tokaido Yotsuya Kaidan » (Les fantômes de Yotsuya) en utilisant ce conte, dans lequel des rōnin luttent avec de nombreuses difficultés et vengent leur seigneur, comme le sekai. L’adoption de l’intrigue shuko est l’histoire de l’un des rōnins qui a commis des vols et des meurtres pour des motifs personnels. Des sujets d'actualité de ces temps modernes, une rumeur d’apparition du fantôme d’une femme, la découverte de cadavres d'un homme et d'une femme s’échouant sur le rivage, ont également été intégrés.

“Kanadehon Chushingura”
National Theatre collection (NA070930)

“Tokaido Yotsuya Kaidan”
National Theatre collection (NA100380)

Interprétations et création

Le kakikae (réécriture) est également largement utilisé dans les œuvres du Kabuki. Il utilise à l'extrême le sekai de pièces célèbres tout en modifiant certains personnages et histoires pour créer de nouvelles œuvres. Un exemple est « Yowa Nasake Ukina no Yokogushi » (Yosaburo le balafré), écrit par l'auteur dramatique Segawa Jokou III. C’est l’histoire d’un homme s’appelant Yosaburo, montrant des cicatrices sur tout le corps pour avoir eu une liaison avec son amoureux, Otomi.
Les années suivantes, le dramaturge Kawatake Mokuami en produisit une version kakikae sous le titre « Musumegonomi Ukina no Yokogushi » (Le scandale du peigne préféré de la jeune fille). Dans cette pièce, alors que Yosaburo et Otomi ont une histoire aussi semblable à celle de l’ancienne histoire, Otomi est celui qui porte les cicatrices. Il était aussi populaire auprès du public. Ainsi, le titre de la pièce de théâtre kakikae était couramment utilisé pour rappeler au public l’œuvre originale. L’objectif était à la fois de respecter les travaux antérieurs et d’attirer les admirateurs de la version précédente à assister à la nouvelle production.
Une autre méthode plus complexe appelée naimaze (fusion) est apparue. Cela impliquait de combiner différents sekai en une seule pièce. Par exemple, le sekai de jidai-mono (pièces historiques), dans lequel des samouraïs vengent leurs seigneurs, et le sekai de sewa-mono (pièces contemporaines et domestiques), dans lesquels des meurtres étaient commis pour des raisons personnelles, diffèrent clairement par leurs thèmes, histoires, personnages et autres détails. Cependant, l'approche naimaze combine ces différents mondes. Par exemple, la création de l’histoire pour le personnage d'un samouraï en quête de vengeance apparaitrait comme un citadin ayant assassiné d'autres personnes pour voler de l'argent. La fusion de sekai de jidai-mono et de sewa-mono a considérablement élargi les possibilités des histoires.